Catégories
Douleurs et traitements Féminisme et lutte Médecine

Négation des douleurs des femmes : une histoire passée ?

L’endométriose est con­nue du monde médi­cal depuis des siè­cles. Il est fréquent que l’on se pose les ques­tions suiv­antes : d’où vient cette néga­tion de la douleur des femmes ? Pourquoi a‑t-on mis si longtemps à pren­dre cette mal­adie au sérieux ?

L’est-elle vrai­ment, encore aujourd’hui ? Pourquoi est-ce qu’on en est encore là en 2020 ?

Dans cet arti­cle je vais ten­ter d’expliquer l’origine de la néga­tion des douleurs des femmes par le corps médi­cal à tra­vers les con­nais­sances de l’histoire et de la soci­olo­gie.

Petit aperçu des discours médicaux sur le corps des femmes aux XVIIIe et XIXe siècles

Avant le XVIIIe siè­cle, la théorie la plus courante était que les corps féminins et mas­culins étaient les mêmes mais con­fig­urés dif­férem­ment. Le vagin est un pénis intérieur, les ovaires sont des tes­tic­ules, les lèvres sont des sortes de prépuces, etc. Au cours du XVIIIe siè­cle, l’idée selon laque­lle le sexe féminin est le sexe faible s’enracine peu à peu. Le corps des hommes incar­ne ain­si la norme et celui des femmes… le man­que­ment à la norme.

Le corps féminin a alors deux car­ac­téris­tiques : il est faible et a pour seul et unique but de don­ner la vie. On décrit le cerveau des femmes comme plus petit, leurs os comme moins solides, leurs mus­cles comme mous. Le corps féminin n’a qu’une par­tie qui est plus dévelop­pée que le corps mas­culin : ses nerfs et ses vais­seaux qui lui don­nent plus de sen­si­bil­ité.

Ce qui, vous vous en doutez, n’est pas telle­ment vu comme une qual­ité. Cela explique que les femmes sont plus irri­ta­bles, plus vives, elles ne savent donc pas faire preuve de rai­son.

Les femmes des éternelles malades

Ces dis­cours sont accom­pa­g­nés de la notion « d’éternelles malades » que l’on colle à la peau des femmes : les règles, la grossesse, la ménopause sont pathologiques. La vie d’une femme est ryth­mée par la mal­adie et la douleur qui font par­tie inté­grante de sa « nature fémi­nine » et qu’elle doit accepter.

L’intérêt médi­cal autour du corps des femmes s’axe bien évide­ment autour de la pro­créa­tion. L’utérus que l’on appelle « la matrice » fait l’objet d’une véri­ta­ble obses­sion. L’utérus est « vis­cère tyran­nique » selon l’historien Michelet.

C’est lui qui con­duit les désirs des femmes, les rend déraisonnables, indompt­a­bles. Ces dis­cours ne sont pas sans rap­pel­er les dis­cours sur le flux men­stru­el qui, depuis l’antiquité, est vu dans de nom­breuses civil­i­sa­tions comme pos­sé­dant des pro­priétés malé­fiques.

Le doc­teur Louy­er-Viller­may décrit l’hys­térie comme une névrose géni­tale lié à des lésions du sys­tème nerveux utérin, dues à des besoins sex­uels inas­sou­vis. Cette névrose peut selon lui être guérie par le mariage (oh tiens comme la vie est bien faite !).

L’utérus est même vu comme qua­si autonome. Il s’offusque, s’irrite ou au con­traire s’apaise face aux choses agréables. On par­le de « fureur utérine » (qui ferait, on ne va pas se men­tir, un très bon pseu­do de catcheuse).

Alors me direz-vous, mais pourquoi tu nous racon­tes tout ça ?

Cette vision du corps des femmes et cette néces­sité pour elle de souf­frir a imprégné et imprègne tou­jours les enseigne­ments de médecine. Elle est évo­quée de manière certes moins directe et plus détournée, mais est cepen­dant tou­jours bien présente aujourd’hui.

La douleur des femmes aujourd’hui

Les stéréo­types sur les femmes et les hommes encore omniprésents dans notre société influ­en­cent la lec­ture des symp­tômes par les médecins. De nom­breuses études le mon­trent aujourd’hui : les femmes et les hommes sont traités et diag­nos­tiqués dif­férem­ment.

Conséquences du sexisme dans le monde médical

L’infarctus du myocarde par exem­ple (aus­si appelé « crise car­diaque ») reste sous diag­nos­tiqué chez les femmes, car con­sid­éré comme mas­culin. Une patiente qui se plaint de douleurs à la poitrine aura plus de chance de se voir pre­scrire des anx­i­oly­tiques (ça doit être notre vis­cère tyran­nique qui par­le) et les hommes d’être redirigés vers un car­di­o­logue.

Or, aujourd’hui, les mal­adies car­dio­vas­cu­laires sont la pre­mière cause de mor­tal­ité des femmes dans le monde (56 % des femmes en meurent con­tre 46 % des hommes). De même les symp­tômes de l’infarctus qui sont plus présents chez les femmes (nausées, douleur dans la mâchoire…) ont été pen­dant des années sous-étudiés et sont tou­jours moins détec­tés.

Les rôles soci­aux que l’on attribue aux femmes et aux hommes influ­en­cent cela. Les femmes sont vues comme vul­nérables psy­chologique­ment et physique­ment et davan­tage douil­lettes. Est-on vrai­ment loin du sexe faible et de la « nature fémi­nine » du XVI­I­Ie siè­cle ?

On aura donc ten­dance à moins pren­dre au sérieux leurs douleurs et leurs symp­tômes. Les hommes expri­ment bien moins leurs maux et sont vus comme plus solides et comme moins plain­tifs. Ils seront donc davan­tage écoutés.

Une étude pub­liée en 2019 dans l’«European Heart Jour­nal » et réal­isée aux Pays-Bas révèle qu’une femme vic­time de malaise car­diaque dans un lieu pub­lic a d’ailleurs moins de chances qu’un homme d’être ran­imée par des témoins.

Ces prob­lèmes se retrou­vent dans d’autres types de mal­adies et de symp­tômes. Une étude de 2008 réal­isée sur 4 pays mon­tre qu’aux urgences les femmes qui vien­nent pour des douleurs abdom­i­nales fortes vont recevoir un anti­douleur en moyenne 16 min­utes après les hommes. Une autre étude réal­isée en Ital­ie mon­tre égale­ment que l’équivalent ital­ien du SAMU se déplace moins vite et moins sou­vent lorsque les patientes sont des femmes.

Nous pou­vons égale­ment évo­quer deux affaires récentes qui ont été médi­atisées.

Deux jeunes femmes sont décédées en France parce que le SAMU a refusé d’intervenir, car elles n’ont pas été pris­es au sérieux. À not­er que l’une de ces jeunes femmes était noire et que nous ne pou­vons nier qu’au même titre que le sex­isme, le racisme amène lui aus­si à des retards de diag­nos­tic et à une mau­vaise prise en charge des douleurs, qui peu­vent men­er à la mort de malades.

Le « syn­drome méditer­ranéen » est effec­tive­ment un con­cept raciste util­isé en médecine qui jus­ti­fie l’i­n­ac­tion des médecins par le fait que les per­son­nes racisées auraient ten­dance à exagér­er leur douleur.

La recherche médicale n’est pas épargnée

Ce sex­isme médi­cal se man­i­feste aus­si dans la recherche. En France, sur l’ensemble des per­son­nes inclus­es dans des recherch­es clin­iques, seules 33.5 % sont des femmes.

Au XXe siè­cle, ce sont les vari­a­tions hor­monales qu’elles subis­sent qui sont mon­trées du doigt pour jus­ti­fi­er l’absence de par­ité dans les tests clin­iques voire l’absence totale de femmes dans l’échantillon

On a dû oubli­er de nous faire pass­er le mot qui dit que les hommes n’ont pas d’hormones et pas de vari­a­tions hor­monales. Cette croy­ance est tou­jours avancée chez cer­tains médecins, et cer­tains lab­o­ra­toires.

Et l’endométriose dans tout ça ?

Non, ras­surez-vous, je n’ai pas oublié que j’écrivais sur un blog qui par­le d’endométriose.

Comme je l’ai mon­tré, les femmes sont moins crues et sou­vent ramenées à leurs sen­ti­ments, leurs angoiss­es et leurs faib­less­es lorsque l’on les diag­nos­tique.

Aujourd’hui encore, on apprend à cer­tains médecins qu’il ne faut pas dire aux patientes qu’elles ont l’endométriose par peur de provo­quer une sorte d’hystérie chez elles.

Beau­coup de théories pour expli­quer l’endométriose tour­nent autour du con­trôle des émo­tions, de la colère, d’une soi-dis­ant non accep­ta­tion de la féminité.

Il est dif­fi­cile de ne pas faire le par­al­lèle avec les théories (pas si) passées de la médecine sur l’utérus et le manque de raison­nement des femmes. Notre douleur sem­ble tou­jours vue comme nor­male, naturelle et même néces­saire. Notre faible con­sti­tu­tion nous rend tou­jours soi-dis­ant plus plain­tives.

Il faut égale­ment not­er que beau­coup de recom­man­da­tions offi­cielles con­seil­lent de ne pren­dre réelle­ment en charge notre mal­adie que lorsque nous avons un désir d’enfant. Sou­viens-toi : la nature fémi­nine qui a unique­ment pour but de se repro­duire.

Décrypter ces biais sex­istes et misog­y­nes parait indis­pens­able afin de lut­ter en faveur d’une prise en charge enfin à la hau­teur de nos douleurs et nos vécus.

Sources :

Par parhelie

Parhelie est féministe et sociologue du genre à ses heures perdues. Diagnostiquée à 25 ans, elle souhaite dès lors mettre son militantisme et ses connaissances au service de la lutte pour la reconnaissance de l'endométriose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *