Catégories
Au quotidien

S’habiller avec l’endométriose

cintre vide
Photo by Andrej Lišakov on Unsplash

L’endométriose n’affecte pas seulement notre santé physique et mentale, notre vie sociale, notre confiance en soi et en l’avenir… elle touche aussi le quotidien, dans ce qu’il a de plus simple et anecdotique. Quand vient le moment de s’habiller, elle nous rappelle, dans notre chair, qu’elle est bel et bien là.

Car la douleur transforme le corps, gonfle le ventre, crispe le dos, contracte les jambes, le bassin… certains vêtements ne nous vont plus. Le confort prime.

Voilà pourquoi j’ai mis de côté quelques jeans, qui m’enserraient le bas-ventre ; des robes cintrées et jupes rigides, qui m’empêchaient de respirer ; les t-shirts et pulls ajustés, qui mettaient trop en valeur ce que je ne voulais plus voir.

J’en conserve quelques uns pour les bons jours, mais ils ont, pour la plupart, laissé place aux basiques de l’endométriosique : les leggings confortables, ajustables à la taille ; les jupes à élastique, qui ne serrent pas mais restent joliment posées sur la taille ; les robes-pulls ou celles ceinturées sous la poitrine, pour avoir le ventre libre de gonfler si l’envie lui prend…

La question du vêtement semble être un problème bien léger à côté du reste, mais elle impacte finalement beaucoup le quotidien ; et donc le moral. Je fais désormais attention à ce que j’achète, en vérifiant que je me sens à l’aise physiquement. L’endométriose m’accompagne partout, dans les magasins de vêtements, devant ma penderie, dans la rue ou au travail. Chaque type de douleur est anticipé, au cas où. N’est-ce pas un peu… triste ?

La maladie est insidieuse, car elle s’installe dans chacune de mes pensées et vient toujours mettre en doute chaque rendez-vous, chaque événement, chaque sortie : serai-je capable ? Et si la douleur survient ? Et si le ventre gonfle ? Et si, et si ? Je fais alors attention à beaucoup de petits détails – comme s’habiller confortablement – pour réduire le risque au maximum… A quel prix ? Celui d’un quotidien léger et spontané.

Par Criteine

A 30 ans, j’apprends que je suis atteinte d’endométriose. Je me bats désormais chaque jour pour vivre avec, tout en continuant de chanter, rire et faire rire. Sinon, j’aime les girafes, manger des tomates et du fromage.

3 réponses sur « S’habiller avec l’endométriose »

Comme je me vois dans ton témoignage. J’appréhende l’hiver car il faut mieux s’habiller, jeans pulls etc.. Le reste du temps, c’est pantalon en toile, leggings, robe, pyjama.. Le quotidien n’est vraiment pas simple pour nous les Endogirls..

L’avantage de l’hiver, ce que l’on peut s’emmitoufler en cas de ventre qui gonfle subitement. ❤️ courage à toi !

Bonjour,
Avec la névralgie pudendale, on a des brûlures vulvaires Permanentes qui obligent a trouver des vêtements hyper souples. Et quand on a ca parmi d’autres choses (fybromyalgie, colopathie…) on se dit qu’il n’y a aucun domaine de la vie courante qui ne soit pas touché.
Des fois j’envie toutes ces porteuses de jean. Des fois je me dis qu’il y a sûrement bcp de femmes qui ont ce genre de problèmes.
Bottines +leggings ça marche plutôt bien l’hiver.
Et quand on préfère les baskets se mettre en quête de legging évasé est indispensable, trouvés sur Zara ou mango.
Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.