Catégories
Idées reçues

Top 10 des mythes sur l’endométriose qui vont vous faire réfléchir sur ce que vous pensiez savoir

Ce texte est une tra­duc­tion de l’ar­ti­cle de nzen­do pub­lié le 4 févri­er 2020 sur le site Endometrio­sis New Zeland . Mer­ci à eux de nous avoir don­né les droits pour le pub­li­er en français.

1 – Il est normal d’avoir des douleurs pénibles pendant les règles

Il est nor­mal d’avoir un cer­tain degré d’inconfort pen­dant vos men­stru­a­tions, mais cela ne devrait jamais être suff­isam­ment pénible pour vous empêch­er de faire vos activ­ités quo­ti­di­ennes. Si vous êtes obligé‑e de pren­dre des jours d’arrêt de tra­vail ou d’école à cause de la douleur, con­sul­tez un médecin.

2 – Les personnes atteintes d’endométriose ont seulement des douleurs pendant leurs règles.

Les per­son­nes atteintes d’endométriose peu­vent avoir des douleurs tout le long du mois, même si elles n’ont pas leurs règles. Cette douleur est causée par d’autres patholo­gies médi­cales com­muné­ment asso­ciées à l’endométriose comme le Syn­drome de l’Intestin Irri­ta­ble (SII) et les douleurs des mus­cles pelviens.

3 – Les personnes atteintes d’endométriose doivent vivre avec des règles très pénibles

Les per­son­nes atteintes d’endométriose ne doivent pas tou­jours avoir à vivre avec des règles très pénibles et ne doivent pas néces­saire­ment avoir de gross­es pertes de sang. Il y a plusieurs traite­ments hor­monaux qui peu­vent être util­isés pour réduire les saigne­ments ou égale­ment stop­per les règles.

4 – La chirurgie guérit l’endométriose

Il n’y a pas de remède défini­tif pour l’endométriose. La chirurgie peut grande­ment amélior­er les symp­tômes, mais les tis­sus endométriosiques peu­vent revenir même après la meilleure chirurgie.

5 – Les adolescent-es ne peuvent pas avoir d’endométriose

Les ado­les­cent-es peu­vent avoir de l’endométriose comme n’importe qui d’autre. En fait, les années d’adolescence sont sou­vent le début des symp­tômes. Les ado­les­cent-es, par con­séquent, peu­vent avoir de sévères douleurs et doivent tou­jours être pris-es au sérieux.

6 – L’endométriose touche plus les femmes caucasiennes

L’endométriose affecte sans dis­tinc­tion une per­son­ne sur dix avec une anatomie femelle, sans tenir compte de la nation­al­ité, de la race ou du statut socio-économique.

7 – La grossesse guérit l’endométriose

La grossesse n’est pas un remède pour l’endométriose – cette croy­ance est un vieux mythe basé sur une recherche incom­plète. Les symp­tômes peu­vent occa­sion­nelle­ment s’estomper après avoir eu un bébé, mais ce n’est pas un remède.

8 – La douleur vient de tissus utérins qui causent des saignements internes

Le tis­su dont sont con­sti­tués les lésions d’endométriose ressem­blent à de l’endomètre sous un micro­scope – mais ce n’est pas la même chose. Beau­coup de ces lésions douloureuses ne saig­nent pas néces­saire­ment, mais sont pleines de nerfs et pro­duisent des réac­tions chim­iques qui irri­tent les tis­sus autour.

9 – Vous devez avoir une endométriose sévère pour avoir des douleurs intenses

Il y a dif­férentes atteintes d’endométriose, moyennes, mod­érées, et sévères. Toute­fois, cela décrit seule­ment la taille et la quan­tité des lésions d’endométriose présentes et n’a pas néces­saire­ment à voir avec la douleur ressen­tie.

10 – L’endométriose rend infertile

Env­i­ron 3 ou 4 per­son­nes sur 10 atteintes d’endométriose auront des dif­fi­cultés à être enceintes. Cela ne sig­ni­fie pas que vous êtes infer­tiles, beau­coup d’endométriosiques n’ont aucun prob­lème à con­cevoir un enfant.

Par Little Sica

Lady Endo Bulot of Glencoe, TramaDoll rêveuse fantastique

Historienne de l'art reconvertie, grande amatrice de thé et de dinosaures, je m'occupe de publier vos témoignages et des réseaux sociaux. N'hésitez pas à me contacter à l'adresse : temoignages@noscorpsresistants.fr !

Partageons et luttons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *